Jericoacoara, un paradis bientôt perdu? – BRESIL –

IMG_1762 (2)

Bom dia amigos!!!

J’espère que vous vous portez à merveille!

Comme promis, malgré mon retour de voyage les choses ne s’arrêtent pas de vivre sur le blog.

Je veux vraiment continuer d’écrire ici, développer et partager avec vous d’autres thèmes qui me tiennent à cœur.

Je ne manque pas de contenu ni d’idées mais plutôt je dois l’avouer de constance (!) aussi c’est un vrai défi pour moi de parvenir à publier régulièrement car je souhaite vraiment que cette petite lucarne des internets deviennent un lieu d’échanges, d’ouvertures et de réflexions avec vous qui me suivez de près ou de loin. Je vais trouver mon rythme de croisière pas à pas ne vous inquiétez pas!

Alors… On continue la traversée?

Voilà presque trois semaines maintenant que je suis rentrée en France et après les retrouvailles belles et intenses avec mes proches, plus le temps d’atterrissage à tous les niveaux, les envies, les projets à venir et mettre en place, me voilà prête à reprendre du service par ici et je vous le dis j’ai mille idées d’écrits, d’images à réaliser, de sujets à dévoiler etc !

Alors sans perdre de temps, je reprends la suite de mes récits du bout du monde et replonge avec joie et délectation dans mes images et mes souvenirs encore frais et en même temps déjà presque un peu lointains…

Je vous ai laissé sur les bords de route à Fortaleza lors du dernier article.

 (D’ailleurs soit dit en passant, j’ai eu des retours sur l’article donnant l’impression d’être vraiment dans une ville du Tiers-Monde rongée par la misère et la pauvreté… Je tiens quand même à rétablir un peu la vérité même si je confesse me laisser aller à quelques envolées lyriques du bout de ma plume de temps à autre! Alors oui il y a des quartiers miséreux de ceux vers lesquels mes pas m’ont guidés, mais je sais qu’il existe aussi des quartiers beaucoup plus résidentiels éloignés du centre ville que je n’ai guère eu le loisir de découvrir n’étant restée que peu de temps dans cette ville… Bref tout ça pour dire que le juste milieu semble exister et je ne souhaitais pas rester sur la sensation d’en avoir dressé un tableau peut être un peu plus désastreux que ce qu’il n’est réellement…)

Là-dessus parenthèse fermée, continuons le chemin.

J’ai passé quelques jours à JERICOACOARA.

IMG_1700 (3)

Un coin de terre du bout du monde dans l’état du Ceara, niché entre Fortaleza et Sao Luis. Là où le désert commence, entre dunes immenses de sables blanc et la mer offrant ses horizons à perte de vue. Là où le vent d’Est jamais avare de ses chants colorés, vient nous souffler au creux du cou ses douces mélodies des alizés.

BRA_

Certes sur le papier ça a l’air merveilleux (oui on ne va pas se mentir, la nature y est vraiment très belle) mais la réalité est à mon goût beaucoup moins reluisante, d’autant que la construction d’un aéroport à proximité est en très sérieux court de projet (si ce n’est déjà confirmé!), je vous laisse donc imaginer le débarquement en bonne et due forme du tourisme de masse au milieu de ces merveilles naturelles …

Jericoacoara, c’est le village balnéaire par excellence où vous trouverez pléthore de restaus, posadas, boutiques et autres activités pour profiter un maximum des réjouissances qu’offre ce site naturel comme la planche à voile ou le kitesurf, qui en font l’un des spots les plus réputés du coin.

Alors certes me direz-vous, chacun sa manière de voyager et de faire du tourisme mais moi ce n’est pas mon truc du tout! D’autant que je suis très partagée sur un point, côté « écologique » de la chose! Pour vous dire, c’est l’autoroute dans les dunes! A base de buggy et autres 4×4 pour balader les touristes…

D’un côté, c’est vrai que si on veut aller voir d’autres sites qui se trouvent plus éloignés dans les dunes, ça reste le moyen le plus pratique et rapide (et que rouler dans le sable droit devant à fond la caisse, les cheveux au vent la gueule au soleil, ça a un côté terriblement grisant faut bien se l’avouer!) mais franchement le truc à touristes où tu croises les mêmes personnes toute la journée, où tout est chronométré, où tu payes 10 reals pour faire 15 min de barque pour aller voir 2 hippocampes dans la lagune, plus les 10 min d’arrêt sous les cocotiers avec hamac et balançoires juste pour pouvoir faire ton p***** de selfie à la con! (ah ouais à l’occas. faudra que je vous touche un mot à propos de ce « drôle » de fléau… y’a de quoi rire et/ou pleurer!), plus les 20 autres min où tu t’arrêtes en haut d’une dune et que les mecs t’attendent avec leur planche en bois pour que tu puisses faire ta descente toboggan dans le point d’eau qui se trouve en dessous …

Alors ça va que les gens de ma posada auxquels je m’étais jointe étaient sympas mais ce genre de tour over-touristique ce n’est définitivement pas ma tasse de thé! Et puis, en fait de site naturel « protégé » comme je l’écrivais plus haut à base de moteurs et autres pots d’échappements, j’en ai pour ma part une conception un brin différente…

Bref vous l’aurez compris Jeri comme on l’appelle plus familièrement ici, c’est beau et vous y venez si l’envie de farniente et de fiestas vous tiens à cœur mais pour moi y passer 3 jours était largement suffisant!

Sur ces paroles peut être peu attrayantes mais pas totalement négatives non plus qui après tout ne correspondent qu’à mon point de vue personnel, je vous laisse profiter de ces paysages incroyables et des couchers de soleil à en perdre parfois la tête de beauté !

IMG_1690 (2)IMG_1747 (2)IMG_1712 (2)IMG_1714 (2)IMG_1729 (2)IMG_1724 (2)IMG_1759 (2)IMG_1735 (3)IMG_1741 (2)IMG_1736 (2)IMG_1696 (2)IMG_1708 (2)

Il me tardait donc de reprendre la route, encore un peu plus au Nord en direction de Barreirinhas là où se trouvent les portes d’entrée dans ce monde sacré et pour le coup encore préservé qu’est le parc naturel des Lençois de Maranhenses, dans l’état du Maranhao. Depuis que plusieurs voyageurs rencontrés en chemin m’avaient parlé de cet endroit magique je n’avais plus qu’une idée fixe en tête, m’y rendre et me débrouiller pour y faire un trek de plusieurs jours…

La vie fluide et délicieuse m’a une fois de plus exaucée en me permettant de rencontrer Filipo, un jeune Italien ainsi que Stephan et Benni, deux adorables frangins Allemands qui se rendaient en voiture de Jericoacoara jusque Barreirinhas avec en poche le contact d’un guide sur place! Comme par Hasard (!), il restait une place dans la voiture …

Un nouveau voyage allait commencer.

Celui des immensités et des merveilles, celui des joies sauvages et des sourires du cœur. Celui d’une reconnexion à la Nature profonde, celle qui nous entoure et celle parfois tout aussi indomptable qui nous échappe là, tapie tout au fond de nous-même…

Sans le savoir, portée ma guidance et mes intuitions j’allais commencer cette quête, cette chose impalpable que plus ou moins inconsciemment j’étais venue chercher en m’offrant ce voyage du bout du monde, ma nature sauvage et indocile, mon ouverture et mon langage aux Mondes Invisibles, rencontrer mes guides et trouver mon ancrage, reconnecter à ma puissance de Femme, nourrir le puits de la confiance en soi et celui qu’enfin surtout j’espère inépuisable, celui de l’Inspiration et de la Créativité.

IMG_1846redim
Parc des Lençois Marahenses, Maranhao – Brésil / Juin 2016

Rendez-vous donc au prochain article – Mercredi prochain, mais chut! – où je vous conterais cette marche des profondeurs, d’amitié, d’espoir et de magnificence …

En attendant, portez-vous bien. Je vous embrasse de tout coeur.

Adèle.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

3 réflexions sur “Jericoacoara, un paradis bientôt perdu? – BRESIL –

  1. à lire le début de ton récit, on comprend les corses qui sauvent leur île du tourisme de masse en faisant sauter ici et là des choses qui feraient que si ce n’était pas le cas la Corse deviendrait un Jeri comme tu dis… Un jour peut-être l’homme comprendra qu’à se déplacer en quad il ruine son terrain de jeu, je ne désespère pas.. La Camargue vit ce genre de chose aussi… Des fois on aimerait bien que les imbéciles pétrolifères disparaissent sous le sable engloutis par leurs engins de mort.. Ca viendra. Tiens bon la barre Capitaine Femme, tes récits sont des diamants sur notre terre, un firmament.
    Je t’embrasse.
    La Baleine

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s