Jeûner 5 jours et autres aventures…

ocean

Salut les jeunes!

(Vous l’avez…?!! Ouais, j’ai tout donné là!)

Alors voilà pas – toujours – besoin de partir à l’autre bout du monde pour de temps à autre s’offrir un peu d’aventure, un p’tit goût de nouveauté, sortir de sa zone de confort et surtout faire des expériences qui pourraient potentiellement chambouler un tant soit peu votre quotidien et pourquoi pas même remettre en perspective fonctionnements et autres habitudes parfois solidement ancrées …

En ce qui me concerne j’ai décidé de tenter l’expérience d’un jeûne prolongé de 5 jours.

Cela faisait un moment que j’étais curieuse de franchir le pas et voici que quelques jours de break m’offrirent l’opportunité de pouvoir mener à bien ce processus.

Voici donc rien que pour vous mesdames et messieurs un bilan, témoignage de ce drôle et formidable périple dans lequel je me suis embarquée ces derniers jours.

Bonne lecture!

fleurredim

Aujourd’hui vendredi 15 Février 2018 je me lance dans une expérience qui me tenait à cœur de réaliser depuis un certain temps : le Jeûne.

Je n’ai encore jamais fait ça. Je me lance un peu à l’aveugle, pas spécialement préparée si ce n’est d’avoir suivi cet élan de le faire et d’avoir senti que c’était le bon moment quant à la veille d’entamer ce processus, lors d’une discussion avec mon amie Mélanie m’est soudainement revenue en mémoire cette envie-là. Je me lance à corps perdu dans l’aventure et j’ajoute à cela une donnée supplémentaire : afin de rester pleinement avec moi-même et de m’offrir ce temps particulier dans son intégralité je décide dans un même élan de couper tout contact (du moins virtuel) avec le monde extérieur (téléphone, internet, réseaux sociaux…)

Je souhaite simplement pendant ce temps donné, purifier mon corps, le laisser s’alléger et reprendre un rythme juste – le sien – comme un reboot, une remise à neuf un peu.

Je tends par la suite à demeurer au plus proche de lui et des sensations qu’il me procure notamment au sujet de l’alimentation où par gourmandise sûrement mais aussi en « doudou » et besoin de combler un certain manque affectif – qui vient de loin – souvent, une peur inconsciente de « manquer » aussi, je fais la sourde oreille et lui donne parfois plus qu’il n’en nécessite de manière vitale. Je veux aussi me prouver que je peux (sur)vivre en diminuant les quantités et faire aussi l’expérience d’une réelle sensation de faim afin d’apprendre à différencier le p’tit creux habituel qui se comble un peu rapidement n’importe comment avec ce qui nous tombe sous la main et la faim véritable, celle où ton corps te demande clairement du carburant pour fonctionner au mieux.

Je vais par contre boire autant d’eau et de tisane à base de plantes qu’il me conviendra et ça sera tout. J’ajoute également qu’en ce jour du vendredi 18/02 cela fait exactement 20 jours que je n’ai plus touché à une cigarette et qu’après plusieurs tentatives d’arrêt, je sens dans cet élan de changement d’habitude une décision ancrée, profonde et radicale. Je crois que cette fois c’est la bonne!!!

En gros je m’offre la paix d’une retraite spirituelle en plus de jeûner. Programme qui me plait et voyons où cela me mène … ?!

Comment va réagir mon corps, par quoi va-t-il me faire passer, sur quels chemins me mènera-t-il, quelles leçons me seront enseignées… ? Ça c’est pour le jeûne. En ce qui concerne ma « détox technologique » j’ai la sensation que cela va être une autre paire de manche !

Ma créativité déborde en ce moment, j’ai allègrement de quoi m’occuper pendant ces 5 jours et je n’ai en plus de cela pas l’intention de rester enfermée chez moi tout ce temps néanmoins je suppose que le jeûne fatigue un peu – au début du moins – et bref je n’irai sans doute pas par monts et par vaux toute la journée durant…

Je me dis – Ok comment j’occupe ces moments de la journée où je cuisine, mange, passe du temps sur internet (et Dieu sait que…j’y passe un certain temps!)

Comment re-découvrir un rythme autre, sans doute plus naturel, plus attentive à mon propre rythme intérieur finalement. J’ai envie d’expérimenter l’ennui aussi peut-être… ces moments de « creux » où le réflexe est d’attraper son téléphone – je pense que pas mal de gens comprendront de quoi je parle – et finalement laisser le temps s’égrener et lui donner la chance peut-être au creux de cet instant du rien, de faire naître une Beauté…

JOUR 1

arbreredim

J’entame cette expérience avec beaucoup de joie.

C’est très important la Joie ! Je pense que si on se lance dans ce genre d’aventure sans en sentir un tant soit peu d’excitation et de légèreté, c’est plus compliqué… J’ignore totalement vers quoi je m’embarque mais l’envie est là alors j’y vais, ravie et confiante. La première journée se passe bien. J’ai coupé mon téléphone en début d’après-midi et je m’adonne avec grand plaisir à retrouver des « vieux » compagnons de piano tels que Bach, Schubert, Beethoven, Chopin (il y a pire comme compagnie… !) bref je suis heureuse, portée par ces belles retrouvailles musicales.

J’ai aussi pris le temps d’écrire une longue « Lettre à mon corps ». Cela faisait un moment que les mots voulaient s’écrire à ce sujet. C’est une lettre d’explication, une lettre de pardon et de paix aussi. Une lettre de face à face, du rapport que j’entretiens avec lui depuis 30 ans. Je prends également bien le temps de lui expliquer ce qui va se passer pendant ces 5 prochains jours et en échange de son aide et de sa coopération dans ce nouveau voyage je m’engage à être aussi douce et bienveillante que possible. Comme je le disais plus haut, je me lance un peu comme ça « à l’aventure » mais sans omettre néanmoins une certaine préparation « psychologique » et donc je suis parvenue comme cela d’une certaine façon à me « conditionner » du fait que je n’allais pas me nourrir pendant 5 jours.

Durant cette première journée j’ai doucement pu me rapprocher aussi de cet état de paix, de tranquillité intérieure naissant du silence volontaire et de cet espace libre au creux de soi. Ces espaces d’absolu d’où peut émerger bien des intuitions et comme un chemin qui lentement se dessine à l’intérieur, une voix prête à me guider jusqu’aux “portes de mon Âme“…

JOUR 2

hotspringredim

Je me lève tôt et sirote tranquillement mon habituelle eau chaude citronnée.

J’ai envie d’eau. D’immerger mon corps, de le baigner, lui faire du bien. J’ai la chance d’habiter non loin d’une thalassothérapie avec piscine, bains bouillonnants, hammam, sauna – bref pas trop mal quoi ! Je n’ai clairement pas l’intention de battre des records de longueurs mais juste tranquillement de mettre mon corps en mouvement et de ralentir le rythme. Respirer, sentir l’eau, me laisser aller à la chaleur du hammam…

Éveiller les sens.

La journée est radieuse et j’en profite l’après-midi pour faire une grande promenade au bord de la mer. Je m’oxygène à fond les ballons et me délecte de ces espaces océaniques dont je ne me lasserais je crois jamais de contempler les merveilles…

Et alors la faim dans tout ça ?!

J’en suis la première étonnée mais ça va… je ne dis pas que ça ne vient pas me taquiner par moment mais rien d’insurmontable. J’accueille ces sensations avec tranquillité et douceur, je bois de l’eau et autre tisane régulièrement tout au long de la journée, et puis ça passe. Une nouvelle journée vient de se terminer…

Oh si, j’ai constaté une chose importante. J’ai la sensation que mes sens sont décuplés. Je (res)sens tout plus intensément. Odeur, ouïe, vue, toucher tout me parait plus profond et brillant. Aussi j’ai l’impression que je parviens à me concentrer plus facilement sur ce que je fais sans zapper d’un truc à l’autre comme il m’arrive de le faire et d’être beaucoup plus à l’écoute et dans le ressentis au moment présent. (Je mets un peu ça aussi sur le coup de ma détox internet…)

JOUR 3

pierreredim

Ça commence à se corser un peu !

Je me réveille tôt avec la sensation d’avoir le corps taillé dans une pierre, mégalithe de 15 en bonne Bretonne qui s’respecte ! Je sens tous mes membres lourds et engourdis, j’essaye de me lever la tête me tourne fortement. Le genre d’état de courbatures et d’abattement qu’on peut éprouver lorsqu’on est malade et fiévreux sauf que je ne suis ni malade ni fiévreuse. Je ne panique pas, je reste à l’écoute de mon corps qui me réclame juste du repos et de la tranquillité. Ça tombe bien, on est dimanche il pleut dehors, le téléphone est toujours coupé alors sans gêne et sans complexe je reste alitée une bonne partie de la journée et entre lectures, demi-sommeil et rêves éveillés, je perçois des portes s’ouvrirent…

Mon ventre grogne. C’est comme une bête sauvage à l’intérieur. Je ressens ce réveil soudain non dût à la faim véritablement mais plus comme un mécontentement d’être forcé de changer de rythme, forcé de s’adapter et de trouver une autre manière d’être et de fonctionner. Je reste tranquille et inflexible car j’ai une confiance aveugle en l’intelligence parfaite de mon corps. Jeûner c’est comme relancer la machine, revenir au point zéro en quelque sorte.

Et puis il y a ces moments de grâce où je me sens entrer au cœur de moi-même et d’un monde infini, entre rêveries ensommeillées et éclairs lucides. Je m’éveille ainsi les deux mains jointes sur le cœur et je sens cet état unique de Connection au grand Tout universel, reliée à chaque espace, imprégnée de chaque cellule. J’ai comme plongée au cœur de l’infiniment grand et de l’infiniment petit en même temps, je ressens qu’au fond ce sont les mêmes espaces et cette image-là m’apparait… cette courbe qui tourne à l’infini… qu’on retrouve autant sur la coquille de l’escargot que sur les images représentant les galaxies les plus lointaines…

Je suis en train de relire et terminer par ailleurs un ouvrage entamé il y a tout pile un an “TERRE, Clés Pléiadiennes de la bibliothèque vivante“ de Barbara Marciniak. Le genre de livre qu’on peut lire encore et encore et qui nous offre une conscience plus accrue, plus éclairée comme un pallier franchi à chaque nouvelle lecture… J’aurais très probablement l’occasion de vous en (re)parler un peu plus longuement et en profondeur lors d’un prochain article sur un thème qu’il me parait essentiel d’aborder…

Je ferme ici la parenthèse mais j’avais quand même envie de nommer ce livre.

JOUR 4

universredim

La lionne se réveille.

Au réveil je sens mon ventre qui a carrément pris la forme d’un creux. C’est très étrange comme sensation ! Je prends le temps d’inspirer et d’expirer en profondeur puis de faire quelques étirements. Je me sens mieux qu’hier, physiquement j’entends parce que sinon là clairement J’AI FAIM. Enfin je ne sais pas si ce que je ressens c’est vraiment la faim mais c’est comme si mon cerveau était par moment court-circuité et qu’entre mes pensées « normales » venaient s’insérer des images de nourritures et autres délicieux mets convoités (Allez j’vous l’dis je rêve de pain de beurre -salé hein! nan mais!- et de fromage entre autre … nan mais teeeellement basique! Paye ton cliché de la Bretonne! Et bon j’me dis que pour la raclette on va attendre un peu et recommencer tout doucement les aliments solides en commençant par des trucs un peu plus lèges hein!)

Évidemment.

Je pars me balader 2 bonnes heures dans les bois qu’occupent les deux abbayes autour de chez moi (bénédictines d’un côté, bénédictins de l’autre) et cette promenade prend une drôle de tournure… Toujours une vibration très forte quand je suis au contact de la nature qui fait que je suis comblée et heureuse mais alors là dans un même temps j’ai la sensation de récupérer des vieilles mémoires liées à un passé religieux… Je sens une colère montée, un truc sourd tourné contre l’Église, ses dogmes et autres massacres perpétués en son nom… (Ouais je sais, je dévie un peu de mon sujet… mais comme cette expérience du jeûne me fait un peu déployer toutes mes antennes, je me dis que tout cela n’arrive pas pour rien non plus. Donc je l’écris. Sujet clos.)

Bon allez je le dis, je suis carrément irascible!

Je me mets au piano, je m’échine sur un prélude de Bach, j’ai un mal fou à me concentrer, j’ai faim et je suis constamment ramenée à ce constat. Alors l’histoire des deux petites voix qui d’un côté me susurre que c’est bon si tu as faim vas-y mange, ce n’est pas la peine de te mettre dans des états pareils et l’autre Giminy criquet qui m’encourage et me dit que ça va aller, qu’il n’y a plus qu’un jour que je vais y arriver, que c’est ok etc …

Je vois mes pensées défilées, j’ai des colères qui remontent, mon mental qui me balancent des vieux souvenirs et autres peurs pas bien agréables bref j’ai faim, je suis la grogne en personne mais vous savez quoi? J’ai décidé que j’irais jusqu’au bout de cette histoire parce que lâcher le truc maintenant m’énerverait encore plus!

Ouais, tenace la p’tite!

Je prends conscience du moins plus amplement et profondément à quel point la nourriture est précieuse et qu’à force de manger « par habitude » j’ai perdu le goût et la valeur de chaque aliment (j’exagère un peu mais c’est l’idée), surtout dans notre société où clairement nous sommes envahis, submergés de bouffe partout tout le temps (Bien que tout le monde n’y accède malheureusement pas ……….. )

C’est prendre la valeur et la mesure de ce que je mets dans mon corps suivant ses besoins et pas seulement selon mes envies et redonner une dimension sacré à ce geste quotidien.

Je sens qu’au-delà de la faim il y a aussi un manque que mon corps me fait ressentir… le SUCRE ! Le bon ami… Ah celui-là ! Ce si doux poison… – Enfin je parle des sucres fabriqués pas ceux qu’on trouve naturellement dans les fruits par exemple – Alors dans la soirée je trouve la bonne alternative, du moins ce que j’estime être pour moi à cet instant. Je dégaine mon extracteur de jus et vas-y que je te découpe et te tranche amoureusement et délicatement carotte, pomme, orange sanguine et persil … pffffiou. Les sens en éveil et décuplés vous avais-je dis? Je respire leur parfum délicat et c’est comme si c’était la meilleure chose qu’il m’avait été permis de sentir jusque maintenant… Je suis pure extase ! C’est le jardin d’Éden et c’est comme si je redécouvrais ces saveurs oubliées à jamais. Whouaaa trop bon !!!

J’ai quand même dût couper ce jus très concentré avec moitié d’eau, preuve que mon corps doit reprendre doucement la marche…

Je me cale sous la couette devant un bon film, pfffiou la crise est passée, tout s’est apaisé. Demain sera le jour dernier !

JOUR 5

mimosaredim

Ce matin tout va bien. Le soleil brille, les oiseaux chantent.

Je me sens parfaitement bien dans mon corps. C’est mon dernier jour et je dois quand même avouer que je suis bien contente d’être presque arrivée au bout. Ce que je viens de vivre est un puissant nettoyage intérieur à bien des niveaux. Aussi comme je suis dans cet élan, me voilà partie en mode ménage de printemps et que j’te clean la baraque de fond en comble ! Relancer la machine on a dit ! Une douche plus tard je m’offre de nouveau un jus maison que je prends le temps de déguster et aussi parce que clairement je sens que je ne peux pas boire plus vite que le rythme auquel mon corps s’est déjà tranquillement habitué …

Je tente une bonne partie de l’après-midi de tourner une vidéo qui aurait normalement dut être le témoignage/résultat final de ce que vous êtes présentement en train de lire mais n’y parvenant pas pour diverses raisons techniques – et bon surtout très très égotiques faut bien l’admettre(!!!) ambiance mots qui boulent et/ou se perdent, peau qui brille, cheveux qui se mutinent, décolleté open-bar, trop long, trop sérieux, pouet pouet et pouet – par contre j’ai un sacré bêtiser, d’essais loupés et autres loufoqueries assez intenses et rien que pour ça je dis oui!) Enfin bref j’ai fini par capituler (pour cette fois car je n’ai pas dit mon dernier mot croyez-moi !) et me suis attelée à la rédaction de cet article relatant de ma drôle d’épopée au pays du jeûne !

BILAN

Demain la vie, les affaires reprennent et m’alimenter aussi. Je vais y aller mollo évidement, genre petite purée de fruit au blender le matin et peut être bouillon de poireaux dans la soirée (c’est super sexy hein … ? ouais j’sais … je sais pas si la raclette aurait été beaucoup plus glamour pour le coup !) et puis bah … on verra comment je parviens à demeurer proche de mon corps comme il m’a été permis de l’être pendant ces quelques jours.

Aussi j’ai rallumé mon téléphone dans l’après-midi (ça veut dire je suis joignable darling!) et pas de « scrollage » frénétique ni rattrapage fanatique de touuuut ce que j’ai dû mon diiiieu louper pendant ces quelques jours d’absence des internets.

Je tâche de garder ce rythme tranquille, en paix aussi longtemps que possible. Je me remercie ainsi que toutes les belles (et les moins belles) énergies qui m’ont accompagné durant toute la durée de cette nouvelle et drôle d’aventure. Je me disais même avant d’expérimenter concrètement ça que je tenterais bien d’instaurer une journée de jeûne par semaine, on verra …

Au final, je me sens hyper bien. Je me sens plus légère forcément et cela m’a redonné l’élan de bouger, courir, nager, faire du sport. Je suis ravie d’avoir mené l’expérience jusqu’au bout d’où je me l’étais proposée. Si cela était à refaire ça serait avec un grand oui. Je le referais certainement mais pas tout de suite évidemment. Voilà, c’est tout je crois…

photo(6)

Bon et vous alors ? Qu’est ce que cela vous inspire? Seriez-vous tenté.es d’essayer ?

Aplusdansl’bus et gros bisous!

Adèle

Publicités

4 réflexions sur “Jeûner 5 jours et autres aventures…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s