Conversation avec la Déesse

Nymphe
Nymphe – St Nectan’s Glen, Cornwall, England / Octobre 2018

Salut à vous!

Tout juste de retour d’un mois passé chez nos voisins anglais durant lequel j’ai perdu à peu près toute notion de temps et d’espace, tout est passé si vite et s’est pourtant si étrangement étiré…

Quelques jours en goguette sur la côte à Brighton, une petite virée en Cornouailles et hop! Retour « au bercail »… je veux parler de Glastonbury.

Glastonbury, ancienne île du pays d’Avalon, ma Maison Coeur, mon lieu de (re)connexion, d’inspiration, de palpitation, ma connexion à la Terre et au Ciel, mon ancrage et mon envol, mes ombres transmutées et ma Lumière ravivée, mes énergies féminines et masculines, mon Unité, lieu d’éveil et de magie si on lui offre la possibilité d’exister…

Peut-être un jour vous raconterais-je ce qui a mené mes pas sur cette terre particulière qui jusque très récemment encore m’était parfaitement inconnue.

C’est l’histoire d’un fil que j’ai commencé – et que je continue – de dérouler…

Samhain Chalice
Samhain at Chalice Well, Glastonbury – U.K / October 2018

Je ne sais à vrai dire pas vraiment quand cela a commencé… peut-être en 2015 quand je me suis échappée en Camargue aux Saintes-Marie-de-la-Mer, au Mexique l’année d’après quand les Baleines m’ont délivré (!) des messages aussi prodigieux qu’annonciateurs, peut-être était-ce un jour au sommet d’un volcan au Guatemala, au cœur d’une forêt ancestrale d’arbres géants en Californie, au bord d’une rivière en Thaïlande ou encore à travers la lecture calme et silencieuse d’ouvrages aussi fascinants que mystérieux, ou tout simplement était-ce au détour d’un inopiné message d’invitation qui atterrit un soir dans ma messagerie en septembre de l’année dernière? Enfin… probablement un savant mélange de tout ça j’imagine!

Bref, toujours est-il qu’en mars dernier j’y débarquais pour la première fois sans bien savoir pourquoi ni comment d’ailleurs, ignorant à peu près tout de ce que je venais y chercher – si tant est que je cherchais quelque chose – mais surtout de ce que j’allais y trouver…

Aussi, voilà qu’au cœur de l’automne je m’y rendais pour la troisième fois depuis le début de cette année avec l’envie de venir y célébrer le nouvel an celtique connu sous l’appellation de SAMHAIN entourée d’une belle famille d’âme et de cœur et de laisser la vie me permettre d’explorer une fois encore nombre d’aventures uniques et pittoresques!

Parmi toutes les histoires que je commence à engranger de mes promenades autour du globe, c’est donc la retranscription d’une conversation très particulière que j’ai choisi de vous partager aujourd’hui.

Voyez l’image qui suit ? Prenez un temps pour prendre contact…

retouch goddess
Goddess at Chalice Well, Glastonbury – U.K / Sculpture by Phillipa Bowers

 

Cette déesse organique, cette madone aux seins creux, au ventre plein, la Mère de tous les règnes, et bien c’est d’elle qu’un matin humide je reçu ce que vous vous apprêtez à lire. Elle demeure dans un jardin au cœur de Glastonbury. Un jardin magnifique, particulier, magique, initiatique.

Aussi elle ne se dévoile pas au premier regard, ayant comme revêtu une parure d’invisibilité pour le distrait allant son chemin.

Je ne l’ai donc véritablement rencontré qu’à mon troisième passage et ma foi, le rendez-vous fut bien au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer.

Le message délivré est lié à la profonde sagesse du Cœur, il est une offrande, un don céleste. Prenez le temps, laissez-vous infuser, sentez vibrer vos cellules et laissez émerger en vous l’appel à l’Amour profond et universel qu’il diffuse.

Bonne lecture!

CONVERSATION AVEC LA DÉESSE

Texte reçu à Glastonbury, Angleterre / Novembre 2018

Mère pourquoi demeures-tu là dans un coin à l’ombre ?

– Pour t’inviter à entrer dans la tienne.

– Tes enfants viennent-ils souvent te voir ?

– Ils ont oublié que je vis en eux.

– Mère que sais-tu à propos de l’Amour ?

– Il est le remède le plus puissant qui puisse exister. Il peut TOUT guérir. Mais il n’est pas aisé de l’obtenir. Aussi ne le confonds pas avec ces dérives dans lesquelles beaucoup d’entre vous sont bien souvent aspirer. L’Amour n’est pas celui qui retient ou qui possède, celui qui encercle, ni étouffe, celui qui se prend sans rien donner, celui qui rend dépendant et te fait te sentir vide dès lors que l’objet de celui-ci s’éloigne.

L’Amour vrai, le véritable, l’authentique, celui qui libère, celui qui délivre, celui qui apaise et réconforte, celui qui berce et qui enchante, celui-là ne se réclame pas. Il ne se quémande pas. Celui-là n’attend rien. Il est celui qui se donne et s’offre sans retour ni condition.

Celui-là est très profond et te mène d’abord et avant tout à toi-même.

Et aussi vrai que le feu consume tout sur son passage il va commencer par venir arracher tout ce qui te fait souffrance, tout ce qui t’effraie et t’entrave à l’intérieur. L’Amour qui vient du plus profond de ton Être, comme la graine qui de la terre sombre perce à la lumière du jour, va devoir traverser des couches et des couches de douleur et de noirceur. L’Amour est tempétueux à conquérir et contrairement à ce que tu peux croire, il ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur de toi.

-Mère dans tes seins creux je vois la plaie béante du monde, le gouffre abyssal… Comment en sommes-nous arrivés là ?

-Il y a ce gouffre qui est le reflet de cette séparation, cette dualité qui toujours s’exprime en vous et dans votre monde actuel. Le Bien le Mal/le Sombre et la Lumière/ le Ciel et la Terre / les Hommes, les Femmes / Les humains versus les autres règnes … Tant que vous vivrez dans cette dualité vous ne trouverez ni la paix ni l’harmonie. Cette séparation existe d’abord en vous puis se reflète à l’extérieur.

Mes seins sont creux mais vois mes mains ; elles s’unissent sur mon ventre, le socle de l’Abondance là où naissent les espoirs et les fruits de tous les possibles.

Retrouve l’Unité en toi. Apprends à ne faire qu’un avec chaque aspect de ton être physique, émotionnel, intellectuel et spirituel. Fais Un avec tout ce qui t’entoure, avec le monde extérieur. Unis-toi au vent, à l’océan, à tous les éléments.

Sois humble et respectueux envers chaque être vivant qu’il soit petit ou grand. Les animaux sont comme tes frères et probablement tes plus grands enseignants. Apprends à les voir tels qu’ils sont vraiment comme tu dois apprendre à te voir tel que tu Es vraiment. Apprivoise tes ombres comme ta lumière et vient entourer d’amour et de douceur chacune de tes parties blessées et enchantées, tu découvriras d’ailleurs qu’à l’intérieur de ces parts de toi meurtries se cachent ton plus beau et ton plus éminent trésor.

myself
Conte d’Automne – St Nectan’s Glen, Cornwall, England / Octobre 2018

Réconcilie-toi avec ta Mère, avec ton Père.

Je parle de tes parents bien sûr mais également de la Terre et du Ciel. Tu ne fais qu’Un avec l’Univers car tu ES l’univers. Tout cela vit en toi et tu vibres dans un même espace-temps avec l’Infiniment grand et l’Infiniment petit.

Accueilles tes Sœurs dans tes bras, berce tes Frères contre ton cœur.

Tout est en lien et vibre en harmonie au rythme des Saisons dont tu fais intégralement parti. Tout est parfait, il te suffit de suivre le flow, le courant joyeux de la Rivière.

Si tu résistes, si tu tentes d’aller à contre-courant de ta Nature profonde qui est celle de la Joie, de la Beauté, de la Magie, du Partage, de la chaleur du Cœur, de la Création, de la plus Haute Vibration de ton corps et de ton être tout entier, c’est là que les ennuis commencent.

Là que ta vie sort des rails, les tiennes, celles qui sont uniques et n’appartiennent qu’à toi.

Ainsi tu vas t’astreindre et te faire violence en tâchant désespérément de rentrer dans un moule qui forcément ne te convient pas puisqu’il a été crée de toutes pièces par une société qui n’a ni cœur ni socle, juste une machine bien huilée complètement déconnectée de l’harmonie du Vivant entre chaque règne cohabitant sur cette Planète.

Car tu as oublié que cette planète n’appartient qu’à elle-même.

Tout comme toi.

Tu n’appartiens à personne et personne ne t’appartient. Soit libre de vivre, de rire, de courir, de chanter, de danser. Il importe bien peu ce que les autres diront ou penseront. L’essentiel est que le Monde sera avec toi, te guidera, te portera dès lors que tu prendras la décision de te mettre en route sur ton chemin profond, celui qui te mènera là où plus rien ne pourra t’arriver de mal, là où tu pourras aimer et te reposer. Le chemin qui te ramènera à ta propre et unique raison d’être, le chemin vers ton être profond celui qui te conduira jusqu’à Ta propre Maison. Jusqu’à TOI.

-Merci Mère.

tall tree

Ici la Conversation a pris fin.
J’ai pris mon tambour et chanté pour remercier de ce beau, précieux et puissant partage. Après avoir terminé, je suis restée en silence quelques instants et puis doucement, elle a repris… Voici la suite :

Tu ne dois rien aux autres. Les autres ne te doivent rien. La seule personne avec qui tu fais couple, c’est toi. Soit l’Homme, soit la Femme que tu espères. Donne-toi autant d’Amour qu’il t’est nécessaire alors seulement tu pourras le rayonner et le diffuser aux autres, en faire bénéficier ceux qui t’entourent et viennent à toi. Car tu n’attends rien et tu donnes en toute liberté, en toute sincérité et c’est ainsi que ce que tu donnes te revient. Un cercle vertueux et magique.

Un être capable de se donner de l’Amour à lui-même est en mesure d’aimer véritablement.

Aussi vrai que tombent les feuilles à l’automne, que les fleurs renaissent chaque été, que le chant de l’oiseau éclot au printemps, aussi vrai que souffle le vent en hiver et que certaines neiges demeurent éternelles, seul celui capable de s’aimer vraiment peut s’affranchir du manque et de la dépendance, aussi il ne souffre pas quand l’autre s’en va car tout comme lui, l’autre est libre de ses choix et de son propre chemin.

Il n’a de foi qu’en la parfaite liaison entre lui et l’Univers qui lui donne tout ce dont il a besoin d’expérimenter pour grandir, avancer et évoluer.

gigi sunset
Sunset at Seven Sisters – south England / October 2018

Il n’est plus tributaire ni dépendant d’aucune cause extérieure, c’est ainsi qu’il reprend son pouvoir. Ce chemin d’Amour le ramène à la Source, la sienne, celle qui n’appartient singulièrement qu’à lui. Une fois rentré au cœur de son jardin c’est là que son trésor se révèle et avec, les pièces du puzzle qui prenant forme, se mettent peu à peu en mouvement. C’est à cet instant que la ligne se dessine et qu’il commence à y voir clair.

Et c’est là dans cet espace sacré, dans cette paix du Cœur et cette complétude avec lui-même que l’être est en mesure de s’unir à l’autre à l’extérieur, car il est déjà uni en lui à l’intérieur.

La vie à deux est une puissante voie alchimique, un terrain d’apprentissage unique, une véritable voie initiatique, un enseignement constant. Elle est une danse de chaque instant où les polarités diffèrent autant qu’elles se complètent. Elle est celle qui ouvre à bien des possibilités, celle qui fait jaillir la source des merveilles et l’énergie tierce fulgurante comme autant de montagnes de feu explosant vers l’infinité de l’Etre.

tall tree1

angel

With all my Love.

Adeline.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s